· 

Les amours d'été de nos adolescents

Les amours de nos adolescents, Nicole lapierre Coach Thérapeute enfants, Montpellier Antigone
Les amours d'été de nos adolescents

L' ado, un drôle de zèbre !

Idéaliste, hypersensible, intolérant à l' injustice, parfois intransigeant, l' ado se sent fréquemment mal dans sa peau.

Dès l' arrivée massive de la vague hormonale de la puberté, son corps change et il peut être embarrassé par ce corps nouveau, parfois disgracieux (ne parlait-on pas d' "âge ingrat" ?).

Trop grand, trop petit - par rapport aux autres, toujours -,  trop de seins, pas assez, des poussées d'acné...Voilà qui peut le perturber et peut-être même, le complexer.

Et cette vague hormonale vient éveiller des désirs, une sensualité qui sont nouveaux pour lui.

C'est aussi l' âge du désir d'envol : l' ado se veut libre !

C'est une période où les relations  avec les parents peuvent être mises à mal : opposition, provocations ...

Le groupe de copains, la tribu devient son centre d'intérêt, sa référence (ensemble on est plus forts)...

C'est aussi l' âge des décisions prises sans trop réfléchir , des excès possibles. 

Les parent s’inquiètent  : c'est normal !

L' adolescence est un âge de paradoxes : l' ado se veut autonome, indépendant, et pourtant, il sait qu'il a encore bien besoin de vous !

La "crise de l' adolescence" est un passage obligé de remaniements, de changements et de déséquilibre transitoire, mais d'un jeune à l' autre, elle sera d'intensité très variable : elle pourra s'apparenter à un tsunami , ou être quasiment imperceptible !

 

                                                          Être parent, c'est difficile.

                                                 Être parent d’ado, c'est TRÈS difficile !!

 

Les amours de vacances

Un ailleurs...

Les amours de nos adolescents, Nicole Lapierre Coach Thérapeute enfants,  Montpellier Antigone
La magie des soirs d'été

En vacances, parfois on change d'endroit : on voyage, on se déplace :  on arrive dans un autre lieu. Que cela soit chez les grands-parents,  dans la famille, ou que l' on parte avec des amis, on a cassé la routine quotidienne.

Loin de la bande aussi, parfois : ce qui désinhibe , ce qui permet de s' émanciper du conformisme de la bande et d'oser de nouvelles rencontres, de nouvelles choses, loin du regard des copains ...

 Un premier flirt, une première histoire ou un premier amour est un évènement majeur pour les ados : pour eux, c'est l' épisode initiatique qui rompt avec l' enfance. 

Et pour ces écorchés vifs qui doutent toujours un peu d'eux-mêmes, prendre conscience  qu'ils peuvent plaire, intéresser, séduire ou être aimé, est une bénédiction !

Les vacances d'été nous portent tous, ados et adultes célibataires, vers la rêverie, vers l' ailleurs ... vers l' aventure !

 

                                        Il n' y a pas de vaccin contre les chagrins d'amour.

                                         Ni contre l' amour, d'ailleurs ! Heureusement !

Le temps des premières fois !

L' adolescence est le temps des premières fois qui marquent et restent dans la mémoire.

Excitantes, importantes, extraordinaires ... Bouleversantes !

Souvenons-nous :  les premières sorties, le premier baiser, le premier amour ....

Le premier restau avec des copain, le premier voyage seul ..

Pour les filles, les premières règles, et ensuite, le premier rapport sexuel!

On tente ce que l' on ne connait pas, ce que l' on a encore jamais fait et c'est grisant !

Ne sous estimons pas  les extraordinaires aventures que vivent nos ados, et l' état d'exaltation ou de détresse qu'ils peuvent connaître.

 

                    Il n' y a pas d'âge pour tomber amoureux !!

 

"A travers le premier amour de vacances, l'ado peut faire l' expérience de l' illusion, de l' enthousiasme, vivre transitoirement un sentiment de complétude".

Marcel Rufo

Comment l'aider si l' amour se termine ?

Les amours de nos adolescents, Nicole lapierre Coach thérapeute enfants, Antigone Montpellier
Garder le contact sans être pesant

Les choses à dire et à faire

 Nous pouvons réassurer, consoler, être des passeurs de sagesse ...

Mais il y a des phrases à ne pas prononcer, qui pourraient lui faire croire que vous ne le prenez pas au sérieux, alors que vous voulez juste qu'il prenne de la distance, qu'il relativise. Ce  serait contre-productif.

L' ado n' a pas encore l' expérience de la vie, vous, vous l' avez...

Par exemple :

" Dans une semaine, tu n' y penseras plus"  " Un de perdu , dix de retrouvés !"

Mais souvenons-nous plutôt de notre propre adolescence, et de combien  une peine de cœur peut faire souffrir. 

Alors, on lui dit, en le regardant, et en lui effleurant le bras :

" Ça fait très mal, je sais", "Un premier amour, c'est important", " Je sais que tu ne me crois pas, mais le temps atténuera ton chagrin" .

Notre rôle est d’être là, soutenant, apaisant, sans toutefois peser.

Si vous savez qui est le/l' amoureuse, ne critiquez jamais de façon frontale, même si vous ne l' appréciez pas. N' entrez pas dans un risque de conflit  :

" Il/Elle ne t"arrivait pas à la cheville" " Elle/Il a un drôle de look, non ?"

Ce serait absolument contreproductif....

 Votre enfant souffre de son chagrin d’amour,  et en plus , vous le critiquez dans ses choix : double peine et  ensuite, pas envie de revenir vers vous....

Il est important que l' ado sente que vous l' aimez et que vous l' estimez, donc dites-lui :

"Tu es un garçon/ une fille formidable, et je t'aime !"

C' est plutôt anglo-saxon de se le dire comme ça, qu'on s'aime, mais il y a des circonstances où il faut oser le faire !!

Proposez-lui une soirée pizza-ciné, ou une soirée pizza-match, juste pour se distraire un moment, dans la légèreté. 

Et comme nous savons d'expérience que se confier fait du bien, arrêtons-nous près de lui, effleurons-lui le bras, ou les cheveux :

" Je vois que tu n' es pas bien, et cela me rend triste. Si tu veux en parler, je suis là..."

 

Concrètement

 Être disponible pour lui et lui faire  comprendre qu'on est là, sans peser et sans être intrusif ...

Il est important de garder le dialogue ouvert.

Accueillir sans juger, s'il se confie à nous.

Si le dialogue s'est rompu, il est difficile de le rétablir à l' adolescence, mais ce n' est cependant  pas impossible.

 

Garder sa confiance : ne pas fouiller dans ses affaires, dans son PC, dans son téléphone. Ne pas lire son journal intime. Ne pas soumettre ses amis à la question !

Il finira par l' apprendre, il se sentira trahi et vous en voudra.

 

                    

                                      Nous ne pouvons pas éviter la souffrance à nos enfants,

                                   Mais nous pouvons leur donner des outils pour la surmonter.

Attention, observer !

Les amours de nos adolescents, Nicole lapierre Coach thérapeute enfants, Montpellier
Repli sur soi, tristesse : que faire ?

Si l' ado ne nous parle pas, ne nous raconte rien, observons-le discrètement.

Soyons attentifs.

A-t-il repris ses habitudes d'avant les vacances ? Voit-il ses copains, ou sa meilleure amie ?

Mange-t-il comme avant ? Quelle mine a-t-il?

Est-il affairé par ses nouvelles activités, ses préoccupations de rentrée ?

Si oui, il y a alors de grandes chances que tout aille bien.

Le temps fait son travail, et l' ado passe doucement à autre chose.

 

Par contre, si l' état de tristesse, de repli sur soi, de léthargie ou d’agressivité persiste, s'il passe beaucoup plus de temps sur Internet, si ce sont des comportements inhabituels, on peut avoir recours à un tiers.

Cela doit être quelqu'un en qui l' ado a confiance, quelqu’un pour qui il a de l' estime : un parrain, une grande sœur, un ami de la famille, un ami à lui un peu plus âgé, selon...

On peut appeler cette personne et lui dire :

" Théo/Ninon ne va pas bien, je le vois, mais je ne trouve pas les mots pour lui parler. Est-ce que tu veux passer et parler avec elle/lui?  Cela lui ferait du bien de se confier".

Effectivement, parler de soi et de ses sentiments permet de mettre sa pensée en mots, de se soulager de ses pensées tristes, de dérouler ses idées, et d'entendre quelqu’un répondre...

Internet et les réseaux sociaux : parfois, c'est violent !

Les amours de nos adolescents, Nicole Lapierre Coach Thérapeute enfants, Montpellier Antigone
Internet et les réseaux sociaux : une violence à anticiper

ll y a une grande différence entre nous et les ados d’aujourd’hui :  Internet et les réseaux sociaux !  

Quand un couple d'ado se sépare, il y a aujourd'hui 80% de chances qu'ils restent connectés en ligne.

Et cela peut se révéler plus douloureux que l' oubli que nous connaissions, nous, souvenirs alimentés par des lettres ou des coups de fil...

Le plus attaché des deux va guetter sur le profil de son ex ce qu'il/elle fait, qui il/elle voit ...

Et un jour, va découvrir sur une photo postée  que son ex s'est consolé et qu'il  a rencontré quelqu'un d'autre !

Et oui, c'est violent ! 

Le mieux serait de conseiller à notre ado de bloquer le profil de l' ex....

Penser aussi à dire aux jeunes filles, de ne pas poster de photos sexy dans le but de provoquer la jalousie ou l' intérêt renouvelé de l' ex....

Une photo postée peut être instantanément copiée et diffusée à des tas de gens....

Et supprimer une photo ne l' efface jamais des serveurs....

Penser à le dire à nos ados, leur expliquer les dangers d'Internet.

En conclusion, des souvenirs inoubliables, une expérience de vie

Les amours de nos adolescents, Nicole Lapierre Coach Thérapeute enfants, Montpellier Antigone
Des souvenirs qui demeurent ...

 

 Cette expérience de rencontre de l' autre va nourrir notre ado : lui donner de l' expérience, de la perspective, le construire.

Qu'elle se soit bien ou mal passée, cette expérience va le faire avancer vers la réflexion et plus de  maturité. Ne craignons pas une " mauvaise" première expérience : l' ado saura rebondir et cela n' impactera généralement pas du tout sa vie amoureuse par la suite.

Il y  aussi  des amours d'adolescence qui durent toute la vie, mais dans tous les cas , le souvenirs de ces premières fois reste dans nos mémoires !

                                                              

Si vous arrivez à garder le contact avec l' ado, que vous lui montrez  que vous êtes là pour lui, sans être pesant ni intrusif,  cela  va vous permettre de faire vivre le dialogue  jusqu' à la fin de cette période chahutée Qu'est l' adolescence : le challenge est là !

On peut se saisir de toutes les occasions pour discuter avec notre ado : film, fait divers, anecdotes ...

Et aussi de nous intéresser à ce qui l' intéresse même si ce n' est pas notre tasse de thé !

Encore une fois : parler, dialoguer... écouter.

L' aimer, et le lui montrer.